Articles

Adieu Agnès

Notre collègues et amie Agnès Morel est décédée mercredi 26 juin des suites de son cancer. Trop tôt. Elle a été incinérée mardi 2 juillet au Père Lachaise après une cérémonie très émouvante, entourée de sa famille, ses nombreux amiEs et collègues. Nous publions ci dessous l’hommage que nous a envoyé Mohammed Jabbad, adhérent de MAD, ami et collègue d’Agnès. Au revoir Agnès, Notre première rencontre remonte à plus de 20 ans sur une série télé « la crèche », tu te souviens ? Tu étais à la peinture et moi à la Ripp… Depuis que de chemins parcourus, où nos routes se sont croisées et recroisées, que de combats partagés, que de discussions sans fin, que d’engueulades mais aussi que de retrouvailles dans l’action aussi modeste soit-elle. Tu es à un moment où on fait consensus, mais tu étais tout le contraire du consensus… éternelle rebelle contre toutes les dingueries de ce monde, radicalité dérangeante mais au combien salvatrice. S’il y a un « après », cela nous promet des débats éternels, ça va chauffer là-haut.. Au fait je bosse sur un film.. mais tu le sais, puisque tu as fais le précédent et quoi que l’on dise des rapports entre la déco et le reste sur ce film (d’abord les décors étaient super !), il faut que je te dise qu’il y a eu une vraie émotion, d’ailleurs tu recevras une gerbe, même si je ne suis pas sûr que c’est le genre de truc que tu apprécies particulièrement, sache que l’intention est sincère. MAD ! mais comment faire sans toi ? Il va falloir apprendre à se passer de tes coups de gueules et à ne pas s’enfermer dans des consensus sans avenir, mais t’inquiètes, il n’y aura sans doute pas de soucis de ce coté.. Mais tous les hommages plus ou moins convenus à la professionnelle, la militante, la rebelle ne comblerons pas le vide que tu laisses.. que c’est dur de perdre une amie, même si nous savons que cette douleur n’atténue en rien celle de ta fille et de ton compagnon, nous leur offrons toute notre affection. Si tu le permets, j’aimerai avoir une pensée pour ceux dont tu m’as parfois parlé, ces enfants d’ici et d’ailleurs auquel tu tendais souvent une main chaleureuse et bienveillante, tu vas leur manquer. Au revoir Agnès, je t’embrasse très fort et prépare-nous une teuf d’enfer là- haut… ou une super manif !